Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/126

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Alice garda le silence ; mais son cœur était vivement agité. « Vous ne me dites pas ce qui attriste si fort votre mère, dit Maria en riant aussi, ni ce qui la fait penser à son fils Richard ?

— Ah ! mon Dieu ! je l’oubliais. Quand les Croft ont été partis, maman s’est rappelée tout-à-coup que Wentworth était aussi le nom du capitaine de mon frère Richard. Ce pauvre garçon lui avait écrit quelque temps avant sa mort, qu’il servait sous ses ordres. Elle est allée rechercher ses lettres, qu’elle n’avait point relues depuis, et maintenant elle est persuadée que le capitaine Wentworth est le même dont Richard lui a parlé. Comprenez combien cela, en lui rappelant mon frère, a renouvelé les douleurs que lui causait sa perte. Ainsi nous voulons faire tout ce que nous pourrons pour l’arracher à ces tristes pensées ; et vous savez que la harpe l’amuse beaucoup plus que le piano ; voilà pourquoi nous l’avons mise dans la voiture. »

Ce moyen de consoler une mère qui pleure son fils aurait diverti Alice, si elle ne s’était dit aussi comme M.e Musgrove : Ah ! c’est bien lui, c’est bien lui-même, et si elle n’avait su que ce Richard ne méritait aucun regret. Ce jeune homme était un mauvais sujet