Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/118

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ragée. Lady Russel n’aimait pas la musique, qui interrompait trop la conversation ; elle ne favorisait point son goût pour ce talent ; jusqu’alors donc il n’avait été exercé que dans la solitude. Ainsi la tendre partialité de M. et de M.e Musgrove pour leurs filles lui paraissait très-naturelle ; elle avait plus de plaisir à voir leur contentement, qu’elle n’en aurait eu à recevoir des éloges pour son propre compte.

La société était souvent augmentée par des visites de leur voisinage ; il n’était pas nombreux, mais il était bien composé, et la famille Musgrove étant la plus riche et la plus distinguée, recevait plus de monde, et donnait plus de dîners que tout autre : la grande maison d’Uppercross était le rendez-vous général des environs ; on y trouvait bon accueil, liberté, amusement. Miss Henriette et miss Louisa étaient passionnées pour la danse ; et chaque soirée finissait par un petit bal impromptu très-animé et très-gai.

Il y avait à un mille au plus d’Uppercross, une famille de cousins moins favorisés de la fortune, qui dépendaient des Musgrove pour leurs bons plaisirs ; ils arrivaient au moindre signe, par tous les temps, toujours prêts à