Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/107

Cette page a été validée par deux contributeurs.


mille ; mais elle en fut quitte à meilleur marché pour le moment, et les réflexions et les questions des vieux Musgrove se bornèrent à lui dire :

« Ainsi, miss Alice, sir Walter et votre sœur Elisabeth sont partis ? Dans quel quartier de Bath pensez-vous qu’ils s’établiront ? Ce n’est point une chose indifférente. » Alice n’y avait pas même pensé ; avant qu’elle pût répondre, une des jeunes Musgrove ajouta vivement : « J’espère que nous serons à Bath l’hiver prochain ; mais rappelez-vous, papa, que nous voulons habiter un quartier à la mode ; que sir Walter y loge ou non, c’est égal… » Maria l’interrompit en disant avec un profond soupir : « Et l’on me laissera donc toute seule ici pendant qu’on ira s’amuser à Bath ? il faudra que je reste avec des enfans ennuyeux ? c’est vraiment trop cruel. »

Alice lui aurait volontiers proposé d’aller à sa place à Bath, et de rester à la sienne auprès des enfans qu’elle chérissait ; elle vit combien elle s’était fait d’illusion en croyant que la famille de sa sœur, ou sa sœur elle-même, prendrait quelque intérêt au chagrin qu’elle ressentait de quitter Kellinch-Hall. « Oh ! combien on doit revenir de cette erreur ! ce