Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/91

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Maximilien.

Ah ! je comprends !… (Fernande s’arrête sur la porte.) Il y a eu ici des misérables… et vous me jugez d’après eux ! Ma justification ne sera pas longue, et c’est à vous plus qu’à moi de baisser les yeux devant votre soupçon. Allez, je vous plains… je vous plains plus que vous ne m’outragez, pauvre jeune fille qui avez perdu la sainte ignorance du mal.



Scène XII

Les Mêmes, MARÉCHAL, LE MARQUIS.



Maréchal.

Eh bien, monsieur Gérard, voilà comme vous travaillez ?


Maximilien.

Je priais mademoiselle de se charger auprès de vous, monsieur, d’une communication qui me coûte un peu : ma démission.


Maréchal.

Comment, votre démission ? Mais je ne l’accepte pas. Vous me laissez là juste au moment où j’ai besoin de vous !


Le Marquis.

Cela ne se fait pas, mon cher.


Maximilien.

Je me suis mal expliqué, monsieur. Je ne suis pas homme à reconnaître vos bontés en vous laissant dans