Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/65

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Maximilien, à part.

Elle y tient, la bonne dame.


Madame Maréchal.

Si j’avais un fils, je le voudrais souriant dans sa force, comme vous… et je vous prierais d’être son ami… son Mentor plutôt, car il serait encore bien jeune.


Maximilien, à part.

Elle se sera mariée tard.


Madame Maréchal.

Aimez-moi un peu, monsieur Maximilien.


Maximilien.

Madame, certainement…



Scène II

Les Mêmes, FERNANDE ouvre la porte et fait mine de se retirer.



Madame Maréchal.

Entrez, ma chère, vous n’êtes pas de trop. M. Maximilien a la complaisance de me faire la lecture… Si les beaux vers ne vous effrayent pas, mettez-vous à votre métier et écoutez.


Fernande.

Volontiers, madame !

Elle déploie son métier à tapisserie et s’installe.