Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/55

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Giboyer.

Ce serait un sacrifice à ses dépens ; car, si je vais là-bas, au bout de six ans, je lui rapporte trois mille francs de rente, c’est-à-dire l’indépendance.


Le Marquis.

Et si, mes amis et moi, nous nous chargions de le pousser ? Je m’intéresse toujours à lui. Je l’ai déjà mis comme secrétaire chez M. Maréchal.


Giboyer.

La belle avance !


Le Marquis.

Eh ! eh ! il y a là une bonne dame encore fraîche qui s’intéresse aux jeunes gens et qui les place parfaitement. Les prédécesseurs de Maximilien ont tous de bons emplois.


Giboyer.

Merci bien ! La place que je lui destine n’est pas dans dans vos rangs, et il n’y a que moi qui puisse la lui donner.


Le Marquis.

Quelle place ? et dans quels rangs ?


Giboyer.

Mon interrogatoire est fini, monsieur le marquis.


Le Marquis, se levant.

Attendez donc… C’est lui qui signera votre livre ?… Parfait ! Vous transfusez ainsi dans sa vie la quintessence de la vôtre ; vous vous laissez vous-même en héritage. Bravo, monsieur ! vous pratiquez la paternité à la façon du pélican.