Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/448

Cette page n’a pas encore été corrigée


Bragelard, êtes-vous là ?

BRAGELARD. --- Oui, monsieur le baron.

D'ESTRIGAUD. --- Dites-moi la vérité... Il ne s'agit pas de me traiter en enfant, j'ai beaucoup de choses à faire avant de mourir.

BRAGELARD. --- On ne risque jamais rien de se mettre en règle.

D'ESTRIGAUD. --- Compris. — Approchez-vous, messieurs; ce que j'ai à dire doit être entendu de tout le monde et je me sens bien faible, (on se rapproche de lui.) Et d'abord je pardonne à tous ceux qui m'ont offensé, monsieur Lagarde; et, si j'ai moi-même offensé quelqu'un à votre connaissance, messieurs, je vous prie de lui demander humblement pardon pour moi.

TENANCIER. --- Tous vous pardonnent, monsieur.

D'ESTRIGAUD. --- Ah! si j'avais à recommencer!.. Regrets tardifs! — Mais au moins est-il un acte de réparation que j'ai encore le temps d'accomplir. Voici une pauvre créature dévouée qui m'a sauvé l'honneur. Je perdais hier huit cent mille francs à la Bourse, je me préparais à me faire sauter la cervelle, quand Navarette arrive chez moi, elle devine mon dessein, elle se jette à mes pieds… « Tout ce que j'ai me vient de toi, s'écrie-t-elle, reprends ton bien ! »