Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/443

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Tenancier.

C’est à ta sainte mère qu’il faut demander pardon.


André.

Ah ! j’ai assez souffert pour qu’elle me pardonne ! Je ne souhaiterais pas à mon plus cruel ennemi deux nuits pareilles à celles que je viens de passer… Quelle joie, quel orgueil, quelle force que de se sentir fils d’une honnête femme !… Et pourtant je ne regrette pas mon horrible soupçon ! il m’a sauvé d’une chute irrémédiable.


Tenancier.

Toi ?


André.

Oui, moi ! Grisé par la bonne chère, les femmes, le luxe, les paradoxes, je me laissais gagner à la contagion, je consentais à une infamie… quand cette atroce douleur m’est tombée du ciel et a réveillé mon honneur en sursaut, le frappant, à l’endroit le plus tendre. Maintenant je suis sûr de moi ; j’ai refusé quinze cent mille francs, et si vous saviez comme je m’en sens heureux ! Je vous conterai cela… Le d’Estrigaud est un rusé coquin, je vous en réponds, et il a plus d’un tour dans sa gibecière.


Tenancier.

Tu ne m’apprends rien… Chut ! on vient. (Regardant par la porte de la galerie.) Que veut dire ceci ?


André.

Le baron qu’on rapporte ?


Tenancier.

Que lui est-il donc arrivé ?