Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/416

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Navarette, à part.

Si tu défais mon petit travail, tu seras fin.

Elle sort.

D’Estrigaud, à part, allumant une cigarette.

Les grands moyens. (Haut.) Les femmes n’entendent rien aux affaires et elles ont la manie de s’en mêler. Je parie que Navarette vous aura expliqué les choses tout de travers ?


André.

Mais non… j’ai parfaitement compris.


D’Estrigaud.

Et vous préférez la gloire, comme elle dit, à quinze cent mille francs ?


André.

Quinze cents ?…


D’Estrigaud.

Oui ; quel chiffre vous avait-elle annoncé ?


André.

Cinq cents.


D’Estrigaud.

Vous voyez bien… (Il jette sa cigarette.) Écoutez, je suis très carré en affaires et je joue cartes sur table ; je trouve trois millions de votre concession ; je vous offre le partage par moitié.


André.

Au moins est-ce loyal.


D’Estrigaud.

Marché conclu ?