Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/406

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Valentine.

C’est égal ; votre argent est un porte-bonheur.


Aurélie.

Et vous dites que vous n’êtes pas superstitieuse !


Valentine.

C’est tout différent ! Il est bien connu que l’argent d’une personne qui n’a jamais touché une carte… n’est-ce pas, Chellebois ?


Lucien.

Tous les savants vous le diront.


Valentine, à André.

Nous sommes associés.


André.

Pour le jeu seulement ?


Cantenac.

Vous êtes un peu vif.


André.

Et je me contiens !… si j’exprimais à mademoiselle tout ce qu’elle m’inspire…


Aurélie.

Le rouge lui en tomberait.


Cantenac.

Montrez-nous le chemin, Navarette.


Navarette.

Commencez sans moi, je vous rejoins tout à l’heure.