Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/404

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



André.

Ma foi ! pendant que j’y suis :

Dieu lui-même
Ordonne qu’on aime ;
Je vous le dis en vérité…


Cantenac.

Honneur et patrie ! c’est un disciple de Béranger.


Aurélie.

Un cœur d’or !


Navarette.

La jeunesse et la liberté, voilà ses dieux.


D’Estrigaud.

Vous croyez encore à ces vieilleries-là ?


André.

Il ne faut pas ? Non ? je le veux bien.


Cantenac.

Vous abjurez ? Il suffit.


André.

Ce que j’en disais, moi, c’était pour plaire aux dames.


Aurélie.

Merci de l’attention. Est-ce qu’on ne va pas procéder à un petit bac… bacca… baccarat ?


Navarette.

Nous ne sommes pas en nombre, j’attends quelques personnes.