Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/397

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Valentine, à Navarette.

On ne joue donc pas les Argonautes, ce soir ?


Navarette.

Non. Le dragon est indisposé.


Lucien.

On aurait pu le faire doubler par Cantenac ; il sait le rôle, et il imite Lardier… une mère s’y tromperait.


Cantenac, buvant un petit verre de liqueur.

À messieurs de la noblesse et du tiers !


Lucien.

Pas de politique, Cantenac. Respecte mes convictions.


Cantenac.

De quel parti es-tu ?


Aurélie.

Des parties fines.


D’Estrigaud.

Vingt sous d’amende à Aurélie pour ce déplorable calembour. Nous te corrigerons.


Aurélie, jetant vingt sous sur la table.

Jamais ! j’aurai de l’esprit jusqu’à mon dernier sou. — Donne-moi un cigare, Lucien.


André.

Vous fumez le cigare, mademoiselle ?


Aurélie.

Cela vous étonne, jeune étranger ?