Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/396

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ACTE QUATRIÈME


Un salon chez Navarette. — Grand luxe sans clinquant.


Scène première

NAVARETTE, ANDRÉ, D’ESTRIGAUD, AURÉLIE, CANTENAC, LUCIEN, VALENTINE.



Navarette.

Eh bien, monsieur de Lagarde, comment vous trouvez-vous de la vie ?


André.

Ébloui ! charmé !… Que voulez-vous que je vous dise ? jamais je ne m’étais vu à pareille fête. Les lumières, les truffes, la gaieté, la blancheur des épaules… Ah ! mais… on s’amuse beaucoup dans le creux de cet arbre, comme dit Lucien.


Navarette.

Je suis enchantée que ma petite hospitalité trouve grâce à vos yeux.