Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/387

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Annette.

Vous avez toutes les délicatesses, mademoiselle. — Restez, monsieur, je sortirai seule.

Elle sort, d’Estrigaud reste incliné sur la porte.

Navarette, à part.

Je suis venue à propos… la baronnie m’échappait.



Scène X

NAVARETTE, D’ESTRIGAUD, redescendant en scène.



D’Estrigaud.

Tu ne comprends donc rien, toi ?


Navarette.

Qu’y a-t-il à comprendre ?


D’Estrigaud.

Que tu viens de me faire manquer un mariage magnifique.


Navarette.

Dame ! quand je suis entrée, tu n’étais pas sur le chemin de la mairie, ce me semble.


D’Estrigaud.

Hé ! cette marquise est une bourgeoise timorée, qui, une fois à moi, aurait imploré le sacrement !… sans compter que son frère l’aurait exigé !


Navarette.

Il fallait donc fermer ta porte.