Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/386

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


envers vous ! la seule réparation désormais possible, je vous l’offre ; acceptez mon nom.


Navarette, à part.

Son nom !… Jouons serré. (Haut.) Je crois à votre innocence, madame, et, sur ce que j’ai de plus sacré, je vous jure qu’il ne sortira pas de ma bouche un mot qui puisse vous nuire.


Annette.

Oh ! merci, mademoiselle !


D’Estrigaud.

Sa parole vous suffit ?


Annette.

Oui, monsieur ; j’y crois comme elle croit à mon innocence.


D’Estrigaud.

À la bonne heure.


Navarette.

Vous êtes bien dur pour moi, monsieur d’Estrigaud. Vous savez pourtant que j’ai de l’honneur à ma manière, et c’est cet honneur-là que j’engage à madame.


Annette.

Cet honneur-la, mademoiselle, s’appelle le cœur.


Navarette.

Reconduisez madame, monsieur le baron. Elle est déjà trop restée dans ma compagnie pour le respect que lui doivent vos gens.