Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/380

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tends pas que cet homme, qui sait mon nom, se méprenne sur la mienne.

Elle sonne.

D’Estrigaud.

Que faites-vous ?


Annette.

Vous allez lui dire que sa consigne ne me concernait pas.


Quentin, entrant avec un papier sur un plateau d’argent.

C’est le cours de la Bourse que monsieur demande ?


D’Estrigaud.

Oui, mettez ça là. (Quentin pose le papier sur la table à droite.) Ne vous avais-je pas dit de fermer ma porte ?


Quentin.

Oui, monsieur le baron.


D’Estrigaud.

Eh bien, c’est par erreur. Vous laisserez entrer comme à l’ordinaire.


Quentin.

Tout le monde ?


D’Estrigaud.

Eh ! oui, tout le monde.


Quentin.

Bien, monsieur le baron.


D’Estrigaud.

Êtes-vous satisfaite ?