Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/355

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


blierai… ou si je ne l’oublie pas, tu en seras quitte pour me garder près de toi toute ma vie… En seras-tu fâché ?


André.

Ô chère Aline ! cher portrait de ma mère ! tu as son âme comme tu as son visage et son nom. (Il l’embrasse.) Allons, je vais chercher un nid ; dans deux jours, nous serons installés… (À part, en sortant.) Elle l’oubliera.