Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/351

Cette page n’a pas encore été corrigée


Il sort.

SCÈNE X

ANDRÉ, LUCIEN.

LUCIEN. --- Hein ! quel homme charmant !

ANDRÉ. --- Savais-tu qu'il ne veut pas se marier ?

LUCIEN. --- Parbleu !

ANDRÉ. --- Alors, tu ne t'aperçois donc pas qu'il fait la cour à ta soeur ?

LUCIEN. --- Allons donc !

ANDRÉ. --- Cela saute aux yeux les moins clairvoyants. Tant que j'ai cru que c'était pour le bon motif, je ne t'ai rien dit, et pourtant il y aurait peut-être eu beaucoup à dire... mais du moins ne faut-il pas que ton amitié pour ce faux ami t'aveugle ici plus longtemps.

LUCIEN. --- Mon bon, ou je le sais, ou je l'ignore. Si je l'ignore...

ANDRÉ. --- Je te l'apprends.