Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/348

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



D’Estrigaud.

Apprends qu’un gentilhomme doit se laisser tromper par sa maîtresse aussi bien que par son intendant. Navarette fait partie de mon train, comme mes chevaux.


Lucien.

Je comprends jusqu’à un certain point qu’on n’entrave pas la carrière de ces demoiselles ; mais Cantenac ne rapporte rien à celle-ci : il est l’amant de cœur.


D’Estrigaud.

Pardine ! je voudrais bien voir que ce maroufle se permît de payer mes gens !


Lucien.

D’Estrigaud ! tu es plus grand que nature !… Je ne serai jamais qu’un enfant à côté de toi.


D’Estrigaud.

J’ai de la peine à t’ouvrir les idées, mais je n’en désespère pas. Silence ! voici l’homme de Plutarque.



Scène IX

Les Mêmes, ANDRÉ.



André.

Bonjour, ami. — Je viens de chez vous, monsieur.


D’Estrigaud.

M’apportez-vous des nouvelles ?