Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/338

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Navarette.

Alors je le garde, madame.


Annette.

À après-demain.


Navarette.

À quinzaine, monsieur le baron… (À part.) Il m’a tout l’air de ne pas faire ses frais. (Haut.) À après-demain, madame la marquise.

Elle sort par la porte du fond à gauche.



Scène VII

ANNETTE, D’ESTRIGAUD.



Annette.

Voilà une charmante personne, pleine de tact et de véritable distinction. Je suis enchantée de la connaître. Savez-vous, cher baron, que son éducation vous fait le plus grand honneur ?


D’Estrigaud.

Mal joué, marquise. Je marque une école.


Annette, assise sur le canapé de droite.

Comment cela ?


D’Estrigaud, s’appuyant au dossier du canapé.

Votre billet était un piège, n’est-ce pas ? vous vouliez me mettre en présence de Navarette, jouir de ma confusion et me cribler de ces demi-mots qui sont le triomphe des femmes ? Eh bien, il ne fallait pas casser les vitres ;