Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/316

Cette page n’a pas encore été corrigée


moi, nous allons emmancher ton affaire tout de suite.

ANDRÉ. --- Volontiers... mais Aline?

ANNETTE. --- Nous la gardons.

TENANCIER. --- Tu passeras par ton hôtel, et tu nous enverras ses bagages.

LUCIEN, à son père. --- M'invites-tu à dîner?

TENANCIER. --- Ah ! méchant garçon, quand tu dînes chez moi, l'invité c'est moi.

LUCIEN. --- Tu es gentil, quand tu ne me grondes pas !

TENANCIER. --- Je ne te gronderai plus. C'est André qui te prêchera... d'exemple.

LUCIEN. --- A charge de revanche.

TENANCIER. --- Ah ! je te l'abandonne ! Il est à l'abri de la contagion, celui-là.

LUCIEN. --- Je ne prétends pas le corrompre, mais seulement lui rendre son ancienne tournure d'homme civilisé... Car je ne te