Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/313

Cette page n’a pas encore été corrigée


LUCIEN. --- Toujours! partout! Mais, s'il aide André à rogner les ongles au léopard britannique, ne lui marqueras-tu pas un bon point?

TENANCIER. --- Deux! un pour André, un pour la France!

LUCIEN, à André. --- Tu sauras que papa est toujours atteint d'anglophobie.

ANDRÉ. --- Et moi aussi, parbleu !

LUCIEN. --- Tiens! pourquoi?

ANDRÉ. --- Mon père était à Waterloo.

LUCIEN. --- Bah! Gladiateur nous a vengés... Si d'Estrigaud ne suffit pas, nous mettrons en jeu les puissances occultes.

ANDRÉ. --- Les esprits?

LUCIEN. --- Mieux que cela. Je connais un coulissier nommé Cantenac, qu'on soupçonne d'être le bras gauche de spéculateurs qui ont le bras droit fort long ; et il est certain qu'il a un flair surnaturel. Le rôle mystérieux qu'on lui prête, à tort ou à raison, lui donne beaucoup d'influence à la Bourse, et une affaire patronnée par lui...