Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/30

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pas rêveuse, ce n’est pas un mari pour vous : il manque de toutes les nullités de votre idéal.


La Baronne.

Vous ne le connaissiez pas, disiez-vous.


Le Marquis.

Je connais la race : elle est violente et colossale. Le père et l’aïeul avaient six pieds de haut, les épaules à l’avenant, et je me souviens que, quand je faisais sauter le petit Hugues sur mes genoux, j’en avais ma charge… Vous allez voir ce gaillard-là ! — Je vous demande un peu d’indulgence pour lui ; ces gentilshommes campagnards ne sont pas toujours la fine fleur de la politesse, vous savez : grands chasseurs, grands mangeurs, grands coureurs de jolies filles…


La Baronne.

Quelle horreur !


Le Marquis.

Nous formerons celui-là. (Il sonne. — À Dubois qui entre.) Faites entrer.


Dubois, annonçant.

M. le comte d’Outreville.



Scène III

Les Mêmes, LE COMTE.



Le Marquis, allant à sa rencontre les bras ouverts.

Eh ! arrivez donc !… (S’arrêtant stupéfait.) Comment, c’est vous, ce gros enfant, que je faisais sauter ?…