Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/210

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Madame de Verlière.

Et madame de Lancy ?


Lancy.

Elle s’y prêtera volontiers, pourvu…


Madame de Verlière.

Pourvu ?


Lancy.

Pourvu que vous changiez de nom.


Madame de Verlière.

Comment l’entendez-vous ?


Lancy.

En cessant de vous appeler madame de Verlière pour vous appeler madame…


Madame de Verlière.

De Lancy ? Je crois, Dieu me pardonne, que vous m’intentez une demande en mariage !


Lancy.

Franchement, je le crois aussi.


Madame de Verlière, se levant.

Et par quels détours, juste ciel !


Lancy.

Quand vous me reprochiez de ne pas prendre par quatre chemins.


Madame de Verlière, debout devant la cheminée.

Je vous faisais tort de trois. — Ainsi, c’est moi qui ai l’insigne honneur de vous représenter le mariage de raison ? Savez-vous que vous n’êtes pas poli ?