Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/204

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Lancy.

Ce livre est donc bien intéressant ?


Madame de Verlière.

Je n’en sais rien : je le coupe. Puisque vous voilà, mon cher Lancy, vous m’aiderez à attendre, car j’attends.


Lancy, remarquant qu’elle a les cheveux poudrés.

Qui ? Le carnaval ?


Madame de Verlière.

Ô mon Dieu, non. Je ne serais pas poudrée de si bonne heure pour le bal, je vous prie de le croire.


Lancy.

Alors ?


Madame de Verlière.

Quel est donc ce mystère, n’est-ce pas ? Je ne veux pas avoir de secrets pour vous : on m’a mis ce matin de l’eau athénienne, et on m’a poudrée pour sécher mes cheveux. Êtes-vous satisfait ? — À propos, je vous remercie de votre bourriche. Vous êtes le roi des chasseurs et le modèle des propriétaires.


Lancy.

Va pour le premier compliment ; mais le second tombe mal.


Madame de Verlière.

Vous m’inquiétez. Voudriez-vous m’augmenter, par hasard ?


Lancy.

Pis que cela. Je viens vous signifier congé.