Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/191

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Maréchal, se levant.

Eh bien, moi… je vous la donne.


Maximilien.

Ah ! monsieur, cette raillerie…


Giboyer.

Il ne raille pas !


Maximilien, très ému.

Quoi ! monsieur, malgré ma pauvreté ?


Maréchal.

Votre mérite est une fortune.


Maximilien.

Malgré ma naissance ?


Giboyer, anéanti, à part.

Je l’avais oubliée !


Maréchal.

Qu’est-ce qu’elle a donc de particulier, votre naissance ?


Maximilien.

Ne le savez-vous pas ? Je ne porte que le nom de ma mère.


Maréchal.

Quoi ? comment ? Père inconnu !… (À Giboyer.) Et vous n’en disiez rien ?


Giboyer.

Hélas ! je n’y songeais plus !