Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/157

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Madame de La Vieuxtour.

Qui vous seyait à ravir.


La Baronne, allant à Giboyer, derrière le canapé.

Vous ne prenez pas de thé, monsieur ?


Giboyer.

Mille grâces, madame, je le crains.


La Baronne, à l’oreille de madame Maréchal, lui montrant de l’autre côté Maximilien qui cause debout avec Fernande assise.

C’est le moment.

Elle remonte vers le fond.

Madame Maréchal.

Monsieur Gérard !… débarrassez-moi de ma tasse.


Le Comte, se précipitant pour la prendre sur un signe de la baronne.

Madame…

Maximilien, qui s’est avancé sur l’interpellation de madame Maréchal s’arrête en voyant le mouvement du comte.

Madame Maréchal.

Laissez, monsieur le comte… ce jeune homme est là.


Fernande, à part.

C’est trop fort.

Elle se lève et va vivement à la table du fond. Gérard fait un pas en arrière.

Giboyer, à part.

On le sonne !


Madame Maréchal, tendant toujours sa tasse.

Monsieur Gérard ?