Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le père Vernier a été admirable ce matin. — Y étiez-vous, monsieur de Vrillière ?


Le Vicomte de Vrillière.

Je n’ai pas pu entrer.


Giboyer, à part.

On refusait du monde.


Madame de La Vieuxtour.

Vous avez perdu. Il a eu sur la charité des pensées si touchantes, si nouvelles !


Giboyer, à part.

A-t-il dit qu’il ne faut pas la faire ?


Madame Maréchal.

J’ai été choquée de la toilette de madame Dervieux. L’avez-vous remarquée ?


La Baronne.

Non.


Madame Maréchal.

Figurez-vous qu’elle avait une robe de satin chamois avec des ornements de velours cerise tout autour, le pardessus pareil, garni d’hermine, un chapeau de tulle blanc bouillonné, couvert de petites plumes cerise. — On vient à l’église pour se recueillir et non pas pour se montrer, n’est-il pas vrai ?


Le Marquis, de l’autre bout de la scène.

Et je vois avec plaisir, madame, que vous étiez recueillie.


Madame Maréchal.

Sans doute ; j’avais une robe carmélite.