Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Maximilien, sur la porte du salon.

Même à voir le successeur de Déodat !



Scène V

GIBOYER, MAXIMILIEN.



Maximilien.

Toi ?


Giboyer, à part, avec un geste de colère.

Va te promener !


Maximilien.

C’est toi qui signes Boyergi ?


Giboyer, durement.

Comment es-tu là ?


Maximilien.

Tu veux donc continuer cet horrible métier ? Pauvre père !


Giboyer.

D’abord, tu m’as promis d’oublier que je suis ton père !


Maximilien.

Je t’ai promis de ne pas le dire ; mais de l’oublier !… T’ai-je promis d’être un ingrat ?


Giboyer.

Ah !… je ne te demande qu’une preuve de reconnais-