Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
78
LE VOTE DES FEMMES

Nombreuses furent les femmes qui demandèrent leur part de la liberté et de l’égalité, que tous proclamaient. Mais, ce fut surtout la brillante improvisatrice Olympe de Gouges, qui formula avec précision les droits du sexe féminin, en sa fameuse déclaration des « Droits de la Femme. »


Déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne

« La femme naît libre et demeure égale à l’homme en droit. Les distinctions sexuelles ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

« Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de la femme et de l’homme. Ces droits sont la liberté, la prospérité, la sûreté et surtout la résistance à l’oppression.

« Ce principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation qui n’est que la réunion de la femme et de l’homme. Nul corps, nul individu, ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

« La liberté et la justice consistent à rendre tout ce qui appartient à autrui. Ainsi l’exercice des droits naturels de la femme n’a de bornes que la tyrannie perpétuelle que l’homme lui oppose, Ces bornes doivent être réformées par les lois de la nature et de la raison.

« La loi doit être l’expression de la volonté générale. Toutes les citoyennes, comme tous les citoyens doivent concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation. Elle doit être la même pour tous.

« Toutes les citoyennes et tous les citoyens étant égaux à