Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/48

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




LE VOTE DES FEMMES CÉLIBATAIRES


Toutes les restrictions apportées à l’exercice des droits politiques de la femme étant préférables à l‘exclusion du sexe féminin de la politique, nous admettrions, au pis aller, que pendant qu’elle est dans le mariage, la femme soit comme l‘homme pendant qu‘il est sous les drapeaux, privée du droit de voter.

Mais la femme affranchie de la tutelle maritale, la femme apte à gérer toutes les affaires civiles et privées, n'est-elle pas apte aussi à gérer les affaires politiques et publiques ?

Si nous proposons de demander le suffrage d’abord pour les femmes instruites et pour les célibataires, c’est afin d’esquiver en même temps que la demande d’autorisation maritale, l’objection que la femme est une ignorante.

En réclamant, dans l’intérêt du sexe entier, le pouvoir immédiat pour les plus libres d’affranchir celles qui sont opprimées, on ne favorise personne, attendu