Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/195

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
187
UN SEXE EST-IL SUPÉRIEUR À L’AUTRE ?

Des savants européens de l’un et de l’autre sexe, prétendent pouvoir prouver scientifiquement que la femme est en raison de sa sexualité, supérieure à l’homme ; cependant, que des savants américains prétendent que dans l’avenir il y aura alternativement une période de prédominance masculine et une période de prédominance féminine.

En attendant que les hommes et les femmes l’emportent tour à tour, les uns sur les autres, il se peut fort bien que le sexe féminin, intériorisé aujourd’hui, soit durant un temps, considéré comme le sexe supérieur.

D’abord, le droit qui partout élève ceux qui le possèdent, fera s’élargir la mentalité des Françaises, et il les rendra aptes à appeler à la vie des êtres supérieurs.

Pourtant, sous leur aspect différent, les deux parties du tout humain, sont et resteront toujours équivalentes, comme la gauche et la droite d’un même corps.

Mais, quand une erreur a été longtemps accréditée, on ne réagit contre elle qu’en tombant dans l’excès contraire. Pour établir l’égalité des sexes, il est donc bien possible que l’on dépasse le but proposé, que l’on exalte celle que l’on a tant dépréciée et rabaissée, en la voyant prime-sautière, faire pour ascensionner dépense d’énergie.

En France, il y a près d’un million de femmes de plus que d’hommes, cependant, il naît beaucoup plus de garçons que de filles.

Le sexe féminin naît mieux équipé que le sexe mas-