Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/178

Cette page a été validée par deux contributeurs.
170
LE VOTE DES FEMMES

Pour le rapporteur de cette pétition M. Escanyé, la question de l’électorat et de l’éligibilité des femmes est digne des méditations des philosophes et des publicistes, mais il trouve que le moment n’est pas venu de lui donner une solution et fait rejeter notre pétition par l’ordre du jour.


Pétition au Conseil Général de la Seine.


Messieurs les conseillers généraux,

Dans votre séance du 6 juillet, vous avez adopté un vœu d’amnistie en faveur des falsificateurs et des fraudeurs destitués de leurs droits civiques.

Puisque vous êtes à ce point bons et généreux, permettez-moi d’appeler votre attention sur une catégorie d’individus, bien plus intéressante que celle qui a été l’objet de votre sollicitude, et de vous demander d’émettre en faveur des vingt millions de Françaises, arbitrairement privées de leurs droits de citoyennes, un vœu d’amnistie qui les relève du crime d’être nées femmes.

Vous ne pouvez, messieurs les conseillers, avoir moins de pitié pour les femmes, innocentes victimes des préjugés, que pour les voleurs, qui, en falsifiant les aliments, ont altéré la santé de la nation et assassiné lentement peut-être des milliers d’individus.

Je vous prie de mettre fin au monstrueux déni de justice qui déshonore la République, en émettant le vœu qu’avant les élections de 1835 les femmes soient mises en possession de leurs droits électoraux.

J’espère, messieurs les conseillers généraux, que vous