Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
100
LE VOTE DES FEMMES






sous ce titre : Idées Anti Proud’honiennes sur l’amour, la femme et le mariage, réfuta intelligemment Proud’hon.

Mme Jenny d’Héricourt, pour combattre Michelet, Proud'hon, Auguste Comte, E. de Girardin fit paraître en 1860 La Femme Affranchie.

Vers la même époque Julie Daubié publia La Femme Pauvre au XIXe siècle.

Mme Olympe Audouard avec son journal Le Papillon.

Mme Andrée Léo avec ses romans en vogue, Mme M. L. Gagneur avec ses livres, Mmes Angélique Arnaud, et Caroline de Barreau avec leurs articles de journaux firent discuter la question des femmes, sur laquelle l’homme d’État Stuart Mill, attira l’attention mondiale en publiant : L’assujettissement des Femmes et en déposant, dès 1866 à la Chambre des Communes, des pétitions couvertes de signatures de femmes demandant le suffrage.

Un comité fut créé en 1866 pour s’occuper de refondre les Codes napoléoniens et poser les bases d’une législation civile rationnelle. Les réunions de ce comité se tenaient chez M. Jules Favre ; elles étaient composées de MM. Émile Acollas, Jules Favre, Jules Simon, Ch. Vacherot, Frédéric Morin, Joseph Garnier, Courcelles-Seneuil, Ch. Lemonnier, André Cochut, Hérold,