Page:Asselin - 1917-04-10 - 06M CLG72B1D24 10-04-1917.djvu/2

Cette page a été validée par deux contributeurs.


« expériences » qui raffermissent les nerfs. Tout de même, j’aurai manqué une fameuse occasion de ne pas me faire tuer glorieusement, car il semble que le 22e s’en soit tiré avec des pertes relativement minimes xxxxxxx. À part de suivre le barrage de notre artillerie avec une régularité mathématique, — xxxxxxx de quoi nous nous étions appliqués à leur faire comprendre la nécessité, — les hommes ont oublié les savantes répétitions qu’on leur avait fait faire par brigades en arrière, sur xxxxxxx un bon terrain marqué au galon d’après les photographies aériennes ; xxxxxxx ils sont arrivés à leurs différents objectifs pêle-mêle dans un pêle-mêle qui dure encore, et d’autant plus explicable que, des tranchées, du fil de fer, des dug-outs, après xxxxxxx notre bombardement, n’y en avait plus. (Il ne restait que de pauvres xxxxxxx diables effarés, Bavarois et Prussiens, jetant les mains en l’air en criant Camarade.) Ce glorieux désordre vous explique que, sous les tentes où nous sommes depuis la nuit d’hier (par un temps d’hiver, soit dit en passant, ) à preuve qu’il a neigé encore ce matin), ils les nouvelles nous arrivent lentement. xxxxxxx En mettant ensemble toutes les versions, il se trouve que xxxxxxx nous avons eu une dizaine d’officiers et quelque deux cents xxxxxxx hommes légèrement blessés xxxxxxx (la plupart légèrement), sur seize officiers et un peu plus que six cents hommes. Presque pas de morts. xxxxxxx Le 25e, le 24e, le 26e, le 10e, n’auraient pas été aussi heureux. Le programme assignait au 22e le nettoyage ou mopping sur le front de la 5e brigade, mais une fois partis, va-t-en voir ! xxxxxxx tout le monde a suivi le barrage et xxxxxxx le nettoyage s’est fait tout seul. Il y a, du côté allemand, des milliers de morts, xxxxxxx la plupart, aux dires de nos gens, foudroyés dans les dug-outs avant d’avoir pu sortir, ou écrabouillés avant l’attaque par le feu infernal de notre et artillerie.

Il était temps que