Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/418

Cette page n’a pas encore été corrigée


les retraites dans son logis, par des œuvres contraires à celles que l’on a faites ? Comme par l’occupation contre l’oisiveté ; par le silence contre la liberté des paroles ; par les loüanges et les tesmoignages d’estime contre les médisances ; par de favorables interpretations, contre les mauvais soupçons, par la liberalité contre la trop grande espargne, et la dureté vers les pauvres ; par des actions humbles contre des actions orgueilleuses ; par de bons accueils, et des marques d’amitié contre les aversions ; par la vigilance contre la paresse ; par la mortification contre l’attachement aux plaisirs des sens ; et enfin par des traittemens doux et favorables contre les aigreurs et les choleres domestiques qui troublent toute la maison interieure et exterieure. (...). D’où vient, que ce saint establit en deux choses le devoir d’un homme juste touchant les pechez ; la premiere, de n’en commettre jamais de mortels ; la seconde, d’expier sans cesse les veniels par les œuvres de charité. Et c’est ce qui doit faire prendre garde, que vostre maxime si generalle ne donne sujet aux ames de negliger la satisfaction qu’ils doivent à Dieu pour