Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/410

Cette page n’a pas encore été corrigée


Vous voyez comme cét auteur si vertueux est esloigné de la fausse imagination que vous avez, que toutes sortes de personnes font tres-bien de communier toutes les semaines, et que ce n’est pas agir prudemment à un confesseur, que de ne leur pas permettre une si frequente communion.