Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/388

Cette page n’a pas encore été corrigée


Luy direz-vous, que le respect, qu’elle doit à Jesus-Christ, ne luy permet pas d’abuser ainsi de sa bonté, en approchant si souvent de luy, sans s’estre renduë digne auparavant d’une si familiere communication par la sainteté de la vie ; que Saint Chrysostome dit, (...).

Luy direz-vous, qu’il est à propos, que par la reverence, que l’on doit porter à la grandeur de ce mystere, elle s’abstienne quelquefois de communier, selon Saint Bonaventure, qui ne conseille pas mesme aux prestres de dire la messe tous les jours ; tesmoignant qu’il semble y avoir quelque irreverence à ne l’obmettre jamais ? Elle vous respondra, que selon vostre doctrine (laquelle vous attribuez faussement à