Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/385

Cette page n’a pas encore été corrigée


quoy que cette regle ne semble contenir rien que de bon, puis qu’elle destourne les ames de communier tous les jours sans y avoir bien pensé ; toutefois pour monstrer combien elle est defectueuse, et mesme pleine de peril, lors qu’on la joinct avec vos autres maximes, il est aysé de faire voir, qu’en la suivant, une infinité de personnes, sans avoir fait aucune avance dans la vertu, et dans la pieté chrestienne, et pour user de vos propres termes, estans remplies d’amour d’elles-mesmes, et attachées merveilleusement au monde, et qui mesme tombent souvent dans des pechez mortels, feront fort bien de communier tous les jours. Ce qui feroit horreur à tous les catholiques, et à vous mesme. Supposons donc, je vous prie, qu’une de ces personnes se presente à vous, et vous declare, qu’elle desire de recevoir tous les jours l’eucharistie. Vous luy direz sans doute ce que vous dites icy, (...) :