Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/364

Cette page n’a pas encore été corrigée


que l’escriture nomme la science des saints, que nous devons attendre du Saint Esprit, et qui ne s’obtient que par des gemissemens, et par des prieres.

De sorte qu’on peut dire qu’il a besoin de trois sciences ; l’une est celle qu’on apprend dans les escholes : l’autre est celle qu’on apprend de la tradition de l’eglise catholique : la troisiesme est celle qu’on puise dans la source mesme par la communication familiere, et l’union intime, que la pieté et la devotion donne aux ames religieuses avec Jesus-Christ. La premiere le rend disciple de ceux qu’on appelle maintenant docteurs : la seconde le rend disciple de l’eglise catholique, selon le langage des peres : la troisiesme le rend disciple de Jesus-Christ, qui instruit et conduit les ames des pasteurs et des conducteurs de son eglise par les lumieres invisibles, qui les rendent docibiles dei , comme parle l’evangile ; et leur fait comprendre les veritez d’une maniere ineffable, que personne n’entend que celuy qui les reçoit. Ce qui fait dire si souvent à Saint Augustin, que le predicateur de la parole de Dieu, et le directeur des ames, ne leur doit rien dire que ce que Jesus-Christ mesme luy suggere au moment qu’il les exhorte, et qu’il ne doit pas moins avoir l’oreille du cœur attentive aux paroles interieures, et aux instructions secretes de Jesus-Christ, que celuy qu’il conduit