Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/322

Cette page n’a pas encore été corrigée


de l’eucharistie, qui est l’autre chef de la proposition de Gennadius.

La consideration de l’extréme pureté que la participation de ces saints mysteres desire, fait que cét auteur n’ose conseiller la communion de tous les jours aux ames qui vivent dans la pieté, et qui se trouvent entierement exemptes des playes mortelles ; quoy qu’elles ressentent quelques legeres blessures, et pour dire ainsi, des morsures de ces offenses, pour lesquelles les plus saints frappent tous les jours leurs poitrines, comme Saint Augustin parle ; il se contente de les exhorter à communier tous les dimanches ; et encore avec deux conditions extrémement considerables. L’une, qu’avant que de s’approcher de cette table sacrée, elles s’y purifient de leurs fautes, quoy que legeres, par les prieres et par les larmes. Et l’autre (qui est d’une extréme importance pour la conduite des ames, et qui ruine seule toutes vos maximes) de n’avoir point la volonté engagée dans ces pechez veniels.

Car il y a grande difference, comme Monsieur De Geneve l’enseigne excellemment en sa Philothee, (...) :