Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/271

Cette page n’a pas encore été corrigée


que vous restera-il pour vostre deffence ? Escoutez donc, je vous prie, les propres paroles de vostre texte, que vous avez horriblement corrompu, en y retranchant tout ce qui ruinoit vostre dessein. (...).

N’est-il pas clair par ces termes, que Saint Cyprien ne conseille en façon quelconque de communier souvent ; mais qu’il dit seulement, que ceux qui sont, qui demeurent, et qui vivent en Jesus-Christ, et qui reçoivent tous les jours l’eucharistie, prient Dieu de les preserver des grands pechez, (qui sont les pechez mortels) pour lesquels ils seroient separez du corps de Jesus-Christ : ce qu’il explique encore un peu plus bas en ces termes : (...). C’est ce qu’il avoit appris de Tertullien, qui dans le traité de la priere explique la mesme chose en ce peu de mots : (...).