Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/258

Cette page n’a pas encore été corrigée


dernier du livre premier du baptesme ; (...). Et Sainct Basile ne separe point ses deux nourritures, l’une d’avec l’autre ; establissant comme une maxime constante, que celuy qui ne fait pas la volonté de Dieu, en violant les preceptes de l’evangile par la corruption de ses mœurs, doit estre privé de la communion ; c’est à dire que celuy qui ne se nourrit pas de bonnes œuvres, qui sont la premiere nourriture celeste, et spirituelle, doit estre privé de l’autre : ce qu’il ne dit pas seulement de ceux qui sont dans le desordre du vice, et qui commettent des pechez mortels à toutes rencontres ; mais de ceux mesmes qui menent une vie plus reglée, et comme moitié chrestienne, et moitié seculiere, ne vivans pas tout à fait pour Jesus-Christ, selon ce qu’ils ont promis au baptesme. Et il establit cette maxime, (...).