Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/240

Cette page n’a pas encore été corrigée


response. Si vous aviez entrepris de confirmer ce que je viens de dire, vous n’en pouviez apporter une preuve plus evidente. Les apostres ont estably la communion ordinaire entre les fidelles : mais entre quels fidelles ? Entre ceux que le baptesme venoit de despoüiller du vieil homme avec toutes ses actions, et revestir du nouveau ; à qui l’imposition de leurs mains venoit de conferer la plenitude de l’esprit sainct ; dont la foy operoit tous les jours une infinité de miracles ; dont l’esperance les eslevant desja dans le ciel, leur faisoit fouler aux pieds toutes les richesses de la terre ; dont la charité, qui est le comble de la perfection chrestienne, estoit si parfaicte, qu’ils ne faisoient tous ensemble qu’un cœur et qu’une ame : enfin entre ceux, que l’eglise a tousjours considerez, comme le modelle le plus accomply de la saincteté du christianisme, et de toutes les religions. Examinez, je vous prie, la solidité de vos raisonnemens. Les premiers fidelles tout bruslans