Page:Aristote Metaphysique 1840 2.djvu/296

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA

MÉTAPHYSIQUE D’ARISTOTE.


LIVRE QUATORZIÈME.


(N)




sommaire du livre quatorzième

I. Nul contraire ne peut être le principe de toutes choses. — II. Les êtres éternels ne sont pas composés d’éléments. — III. Réfutation des Pythagoriciens et de leur doctrine des nombres. — IV. De la production des nombres. Autres objections contre les opinions des Pythagoriciens. — V. Le nombre n’est pas la cause des choses. — VI. Diverses autres objections contre la doctrine des nombres et celle des idées.


Ι.

Pour ce qui regarde cette substance, tenons-nous en à ce qui précède. Les philosophes en question font dériver des contraires tout aussi bien les substances immobiles que les êtres physiques. Mais s’il n’est pas possible qu’il y ait rien d’antérieur au principe de toutes choses, le principe dont autre chose constitue