Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/98

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE MARCHAND D’ANDOUILLES.

En quoi cela me regarde-t-il ? Apprends-le-moi.


DÈMOSTHÉNÈS.

L’aigle corroyeur, c’est ce Paphlagonien.


LE MARCHAND D’ANDOUILLES.

Que signifie : « Aux serres crochues » ?


DÈMOSTHÉNÈS.

Cela veut dire qu’avec ses mains crochues il enlève et emporte tout.


LE MARCHAND D’ANDOUILLES.

Et le dragon ?


DÈMOSTHÉNÈS.

C’est ce qu’il y a de plus clair : le dragon est long, le boudin aussi, et boudin et dragon se remplissent de sang. Or, l’oracle dit que l’aigle corroyeur sera dompté par le dragon, si celui-ci ne se laisse pas enjôler par des mots.


LE MARCHAND D’ANDOUILLES.

Oui, l’oracle me désigne ; mais j’admire comment je serai capable de gouverner Dèmos.


DÈMOSTHÉNÈS.

Tout ce qu’il y a de plus simple. Fais ce que tu fais : brouille toutes les affaires comme tes tripes ; amadoue Dèmos en l’édulcorant par des propos de cuisine : tu as tout ce qui fait un démagogue, voix canaille, nature perverse, langage des halles : tu réunis tout ce qu’il faut pour