Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/92

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NIKIAS.

Qu’y a-t-il ?


DÈMOSTHÉNÈS.

À boire ! Vite !


NIKIAS.

Il paraît que Bakis aimait à boire.


DÈMOSTHÉNÈS.

Ah ! maudit Paphlagonien, voilà donc pourquoi tu gardais depuis si longtemps l’oracle qui te concerne, tu avais peur !


NIKIAS.

De quoi ?


DÈMOSTHÉNÈS.

Il est dit là comment il doit finir.


NIKIAS.

Et comment ?


DÈMOSTHÉNÈS.

Comment ? L’oracle annonce clairement que d’abord un marchand d’étoupes doit avoir en main les affaires de la cité.


NIKIAS.

Voilà déjà un marchand ! Et ensuite, dis ?


DÈMOSTHÉNÈS.

Après lui, en second lieu, un marchand de moutons.