Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/8

Cette page a été validée par deux contributeurs.


musique, c’est-à-dire ce qui en constitue, dans la poésie surtout, la plus intime expression. Au premier stade la traduction est donc seulement une ébauche, la matière dégrossie où devra s’accomplir la forme achevée, le sens complet du discours. Il va sans dire que M. Talbot, par le long exercice de sa profession même, excelle dans cette préparation initiale, œuvre de grammairien et de lexicographe ; mais il faut lui reconnaître, en outre, un talent bien supérieur à celui-là.

Le mot à mot, ai-je dit, n’est qu’une sorte de canevas, et il ne donne même pas intégralement ce qu’il semble promettre. Il risque toujours d’être, en partie, inexact, si fort que soit le traducteur, car tout vocable et toute locution d’une langue ne trouvent pas nécessairement leurs représentants adéquats dans une autre. Cette rencontre est d’autant plus rare que le génie et l’âge des deux langues les différencient davantage, comme se distinguent par l’esprit et l’ancienneté les deux nations qui les ont élaborées. Ainsi la traduction littérale est le plus souvent défectueuse dans son propre domaine insuffisant déjà, et, en outre, elle laisse hors de ses limites restreintes une lacune considérable à remplir pour la complète interprétation du texte original. C’est ici que l’art entre en jeu et que M. Talbot a fait preuve d’une souplesse de plume et d’une ingéniosité remarquables. Combien ces qualités sont requises pour une pareille tâche ! Alors, en effet, se pose un problème tout nouveau. Il s’agit d’abord d’écrire en français, et, par suite, de substituer aux idiotismes, où s’accuse l’irréductible