Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/7

Cette page a été validée par deux contributeurs.


à leurs deux plumes de traducteurs la confraternelle alliance demeurée à l’état de fiançailles intellectuelles.

La part délicate, indéfinissable, réservée au sens de l’artiste dans toute traduction d’ouvrage littéraire, éclate en celle de M. Talbot. Excellent humaniste, pour atteindre à l’exactitude esthétique, il lui a fallu plus que la connaissance approfondie de la langue grecque. La lutte partielle et trop inégale que j’ai tentée dans ma jeunesse avec un antique et formidable athlète suffit pour me permettre d’apprécier, en connaissance de cause, le mérite d’art qui recommande son œuvre. J’avais, il est vrai, affaire à un poète latin, mais, au point de vue où je me place, j’ai eu à combattre des difficultés de même ordre que celles dont il a si heureusement triomphé.

Tout traducteur débute spontanément par une préparation mentale qui est le mot à mot. Il s’agit pour lui d’abord de déterminer le sens relatif de chacun des mots, c’est-à-dire l’acception dans laquelle son rapport aux autres et la nature du sujet traité induisent à le prendre, et, du même coup, de dégager de l’arrangement syntaxique le sens littéral de la phrase. Le travail, jusque-là, ne relève que de la grammaire au service de l’intelligence, il ne vise que la signification purement conventionnelle (unique ou multiple) de chacun des mots et celle qui ressort de leur relation logique, sans rechercher encore la signification non conventionnelle, naturelle du texte, à savoir tout ce qu’ajoutent à la première le mouvement de la phrase, son geste en quelque sorte, et les qualités acoustiques des mots qui la composent, bref sa