Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/47

Cette page a été validée par deux contributeurs.


le peuple au sujet de la trêve. Mais changeons notre habit contre des anapestes.

Depuis que notre directeur préside à des chœurs trygiques, il ne s’est point encore avancé sur le théâtre pour parler de son talent. Mais diffamé par ses ennemis auprès des Athéniens au jugement hâtif, comme ridiculisant la ville et outrageant le peuple, il faut qu’il se disculpe maintenant auprès des Athéniens au jugement réfléchi. Notre poète dit donc qu’il est digne de tous biens, en vous empêchant d’être trop dupés par les discours des étrangers ou séduits par la flatterie, vrais citoyens de la ville des sots. Jadis les envoyés des villes commençaient, afin de vous tromper, par vous appeler les gens aux couronnes de violettes. Et aussitôt que le mot de couronnes était prononcé, vous n’étiez plus assis que du bout des fesses. Si un autre, d’un ton flatteur, parlait de la « grasse Athènes », il obtenait tout pour ce mot « grasse », dont il vous honorait comme des anchois. En agissant de la sorte, le poète a été pour vous la cause de grands biens, ainsi qu’en faisant voir au peuple des autres villes ce qu’est une démocratie. Voilà pourquoi, lorsque les envoyés de ces villes viendront vous apporter leur tribut, ils désireront voir le poète éminent qui ne craint pas de dire aux Athéniens ce qui est juste. Aussi le bruit de son audace s’est-il déjà répandu si loin, que le Roi, questionnant un jour les envoyés de Lakédæmôn, après leur avoir demandé quel était le peuple le plus puissant par ses vaisseaux, les interrogea ensuite sur ce poète et sur ceux dont il disait tant de mal ; et il ajouta que ces hommes étaient devenus de beaucoup meilleurs, et qu’à la guerre, ils seraient tout à fait victorieux, en ayant un tel conseiller. C’est pour cela que les Lakédæmoniens vous proposent la paix et re-